Comment travailler efficacement sans émotions?

EMOTIONS ET TRAVAIL, QUEL TAUX DE COMPATIBILITE ?

Souvent j’entends qu’il n’est pas possible d’être soi-même en entreprise, partagez-vous cette opinion ? Avez-vous déjà vécu cela ?

Avec Van Gogh, « N’oublions pas que les petites émotions sont les grands capitaines de nos vies et qu’à celles-ci nous obéissons sans le savoir. « 

Entre travail et émotions, un mariage impossible?

Ici, j’aimerais revenir avec vous sur le lien entre émotions et travail. Comment faire pour ressentir, vivre et exprimer ses émotions dans le monde de l’entreprise. Je pense plutôt à la place de salariée qui implique des relations interpersonnelles et souvent une hiérarchie. Dans la coopération, les rapports avec les autres sont toujours au centre de l’attention. L’ambiance au travail est un curseur important de bien-être au travail. Une cliente m’a dit récemment qu’elle n’aimait pas du tout son travail mais qu’elle prenait plaisir dans ses relations interpersonnelles avec les collègues.

Au travail, une posture professionnelle est attendue et donc cela implique parfois de se montrer différemment de qui l’on est dans la vie privée. Il faut aussi garder à l’esprit que le travail est un centre de notre vie.

 

Le travail nous travaille !

Pour une vie plus paisible en entreprise, vous pouvez vous référer à mon article sur « travailler ensemble ». Ainsi, les émotions font partie de la collaboration. En équipe, le manager doit tenir compte de la personnalité de la personne qu’il a face à lui. Il travaille avec psychologie et pédagogie. Il est impossible de généraliser puisqu’à chaque entreprise son esprit et sa façon de fonctionner. Je vous livre ici une vue d’ensemble en lien avec ma propre expérience et celles de mes clientes. A priori, ce qui est valorisé, c’est de se montrer forte en tant que femme, d’où la virilisation de certaines. Comme si le féminin était faible et méprisable. Alors qu’en fait, être capable de montrer sa vulnérabilité est un signe de maîtrise de soi important et de sagesse. Évidemment, on adresse un message qu’il soit émotionnel ou verbal à quelqu’un que l’on ressent en mesure de le recevoir. Pleurer à son bureau parce qu’on n’en peut plus, que la surcharge de travail devient insupportable, que les directives sont contradictoires, que la collègue est tout le temps sur notre dos, ou qu’au contraire on ait rien à faire… peut mettre mal à l’aise l’équipe qui régit en feignant l’ignorance, en fuyant, en rabrouant… Vous pouvez aussi être en relation avec des personnes empathiques qui prendront le temps de vous écouter et de considérer vos ressentis.

Souvenez-vous que mieux vaut une émotion exprimée que réprimée.

Ensuite, tout est dans l’art et la manière, d’où l’importance d’exprimer au fur et à mesure et de ne pas se mettre en mode « cocotte minute » pensant que l’on va « gérer », que ça passera, que ça ira, que de toutes façons tout le monde s’en fiche, qu’on a peur de ce qui peut arriver… Oui, ça ira mieux demain, c’est vrai, et en effet, on ne peut pas toujours anticiper la réaction de l’autre… Et pourtant, resté connecté à ses émotions et pouvoir en dire quelque chose à l’extérieur est une garantie de santé mentale. Donc ce n’est pas à prendre à la légère. Nous ne pouvons pas faire l’impasse sur cet aspect de nous qui fait de nous des humains, de chair, de sang, de pensées mais aussi et surtout d’émotions. Elles sont les curseurs de nos vies et font que l’on s’engage ou non dans certaines expériences, si l’on parvient à les vivre au lieu de les réprimer (ce qui à terme est néfaste).

« Je suis en colère!!! »

L’idée n’est pas de retourner le bureau sous l’influence d’une colère dévastatrice, mais de pouvoir dire afin de construire une relation de confiance et de prévenir d’éventuels conflits. plus importants. On ne s’entend pas toujours avec ses collègues et sa hiérarchie. Ce n’est pas toujours possible ni demandé. Il est important d’évaluer le degré de mésentente et encore une fois de voir le degré de joie dans le travail afin d’éventuellement reconsidérer la situation. Et bien sûr ne pas rester dans une situation néfaste pour soi. Parce qu’aussi le travail influence les autres sphères de nos vies. Récemment une cliente m’a demandé si ses difficultés dans son couple pouvaient avoir un lien avec son emploi. Et la réponse est oui ! Nous ne sommes pas des êtres compartimentés même si parfois nous essayons d’isoler des éléments, tout est interconnecté. Et nous rentrons à la maison avec un bout de travail, souvent…

Alors, les émotions et le travail, c’est oui ?

Pour réhumaniser le travail, nous avons besoin de nous montrer humains.

Comment ?

En partie par la collaboration et… les émotions !

La joie (émotion positive) est notre curseur, et en plus elle est contagieuse !

La tristesse, la honte, la colère (voir mon défi émotions sur facebook et instagram!) etc sont aussi à exprimer-dire (la communication non violente ou bienveillante peut être un bon outil ici) afin de pouvoir en tirer quelque chose, voir si la situation peut se débloquer et agir en conséquence.

En espérant que cet article ait apporté de l’eau à votre moulin,

donnez votre avis en commentaire et

si vous pensez qu’il peut être utile à d’autre, partagez-le:)

A bientôt pour un prochain article sur les émotions en lien avec l’entreprenariat 🙂

Pour retrouver mes précédents articles sur le travail, émotions et les couleurs!

Ce que j’ai appris en 10 ans de vie professionnelle.

 

Les 5 étapes indispensables pour révolutionner son rapport aux émotions.

Tout ce que vous devez savoir sur l’incroyable Pouvoir des Couleurs.

 

Comment travailler efficacement sans émotions?

Laisser un commentaire

Pour être au top professionnellement !
Nous respectons votre vie privée.